Des Pierres dans mon Jardin sec

13 juin 2018

Prince de Mai: Le Ciste Oblongifolius

Oui, oui, je sais, le mois de Mai est terminé. Les cistes cependant sont aussi beaux en juin, leur floraison s'étale sur deux bons mois. J'aime les cistes comme vous savez. Les cistes à la floraison si généreuse sont les arbustes emblématiques du jardin méditerranéen. Nous en avons chez nous une quinzaine de sortes différentes, je n'ai pas fini de vous les présenter. Le ciste est parfois dédaigné: Il serait " invasif " , lui qui renaît sur les terres brûlées, " vulgaire "? il faut dire qu'il est si résistant qu'il festonne les autoroutes. Je l'aime, le ciste, pour son feuillage qui varie d'une espèce à l'autre du bronze au gris argent, pour ses fleurs, certes éphémères, mais aux coloris si frais, si lumineux. Le ciste, sobre, résistant au froid, au gel, à la sécheresse est un indispensable du jardin "sec", économe en eau.

Le ciste d'aujourd'hui est le Ciste X Oblongifolius. Il voisine harmonieusement avec le Phlomis Fruticosa dont je viens de vous parler et que vous voyez au fond. le Phlomis est un peu plus grand que le ciste. Le ciste X Oblongifolius, en principe, mesure environ 80 cm: chez nous, là où il se plaît, il atteint 1 20 m

DSC02948Le jaune d'or du coeur et des étamines rappelle celui des fleurs du Phlomis fruticosa

DSC02949Ce ciste pourrait facilement être confondu avec le ciste de Montpellier: même port, approximativement même taille, fleurs d'un blanc pur au coeur jaune. Toutefois, les fleurs de X Oblongifolius sont plus grandes ( 3/4 cm de diamètre) et leurs 5 pétales plus arrondis

DSC02952

DSC02880Les feuilles sont, comme celles du Ciste de Montpellier, collantes bien que moindrement, mais plus larges

DSC02950Le Ciste X oblongifolius, est couvert de fleurs pendant deux mois. Que demander de plus? Ce qu'il n'aime pas, mais pas du tout ? le bain de pied prolongé. J'avoue avoir, en ce moment, un peu peur pour les cistes: il continue de pleuvoir tous les jours ou presque et notre sol argilo-calcaire est gorgé d'eau dans les zones moins draînées... on verra bien

DSC02700Comme il pleut énormément, tout pousse. Y compris les adventices qui s'en donnent à coeur joie: chiendent, toujours en tête, mais aussi une petite avoine qui recouvre tout. Donc, entre deux averses:  nettoyage et découverte de cette beauté alanguie sous un gaura:

DSC02993Une chenille grosse comme le petit doigt, magnifiques le dessin et les couleurs. De profil et 3/4 face: vous remarquez sa corne ( scolus) ?

DSC02994En marche!

DSC02995J'ai un peu cherché: elle ressemble à la chenille du Sphinx de l'Euphorbe, ce qui serait plausible considérée la quantité d'euphorbes que nous avons ici. Mais elle ressemble seulement. Si vous en savez plus...

Posté par jardin sec à 17:12 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,


06 juin 2018

Le Phlomis, indispensable du jardin méditerranéen

Quand Isabelle et Benoît ( mes pépiniéristes chéris) m'ont dit que les Phlomis ( Sauge-de-Jérusalem ) étaient les mal-aimés du jardin méditerranéen et que leurs clients rechignaient à les installer chez eux, ça m'en a bouché un coin. J'ai réalisé alors que je ne vous en avais pas encore parlé.

Les Phlomis qui appartiennent à la même famille que les sauges, les Lamiaceae, sont des indispensables du jardin méditerranéen qui se veut économe en eau pour leur résistance, leur port qui structure, leur hampes qui présentent un intérêt graphique évident. De plus, ils s'accommodent du gel, de l'aridité, de la chaleur. Nous en avons plusieurs au jardin.

Celui dont il est question aujourd'hui, est le plus imposant des nôtres: Le Phlomis fruticosa ( aussi appelé: Sauge-en-arbre, Bouillon-Blanc-de-Sicile, Phlomis ligneux ) . 

Il est là, ce grand arbuste arrondi, piqueté de fleurs jaune. Nous en avons deux exemplaires sur la grande restanque

DSC02955Un autre, ci-dessous, sur la plate-bande Est, posé en bordure de muret, un endroit particulièrement exposé face Nord au gel et au vent, au Sud au soleil à longueur de journée. Sol caillouteux et aride. A sa gauche, vert très foncé: Le ceanothe 'La Concha', ils fleurissent successivement.

DSC02971Le Phlomis fruticosa est un grand arbuste majestueux - il atteint chez nous 1,50m - au port harmonieux. De son feuillage dense émergent au printemps des hampes porteuses de fleurs d'un beau jaune d'or.

DSC02956Dont voici les boutons: stade 1

DSC02960Stade 2: mignons n'est-ce-pas? à ce stade ils mesurent environ 2/3 cm

DSC02959la fleur, avec ses pétales qui rappellent ceux du genêt, assez grosse ( 5 cm)

DSC02961Particulier: du coeur de la fleur surgit un étage supplémentaire qui produira une nouvelle fleur

DSC02962C'est ainsi que se renouvelle la floraison durant le printemps

DSC02975Les feuilles grandes, duveteuses rappellent celles des sauges dont elles n'ont pas l'odeur caractéristique. Persistantes, elles sont d'un beau vert légèrement doré qui réchauffe l'hiver

DSC02958

DSC02970Alors, pas de jardin méditerranéen, sec, sans Phlomis

30 mai 2018

Le chêne et le lin... ou l'état d'un jardin sec qui a survécu à un été torride

Depuis mon dernier message, j'ai écouté la pluie tomber sur mon jardin sec. Il pleut tous les jours à quelques exceptions près. Pas toute la journée. Tantôt une giboulée, souvent des orages l'après-midi ou en soirée. La nuit aussi. Tous les jours c'est "Jean-qui-rit-Jean-qui-pleure". Qu'il pleuve encore ainsi fin mai  ravit les jardinier(e)s, les paysan(ne)s, les berger(e)s et fait râler tous les autres. Moi, je suis contente pour les nappes phréatiques qui se rechargent, la beauté différente des petits matins brumeux ( photos prises hier à 7h)

DSC02938

DSC02939contente pour les plantes et le jardin après le très rude été passé . Maintenant que les plantes sont reparties, il est possible de faire le bilan de ces sept mois de sécheresse relevés d'épisodes caniculaires.

Ce sont les arbres qui ont le plus souffert de la sécheresse, partout. Ici, nous avons perdu.. .un chêne adulte, beau sujet isolé

DSC02781Certains arbustes ont souffert et  OH ! surprise!  ce sont les cistes - arbustes méditerranéens par excellence- qui ont le plus souffert chez nous. J'ai perdu un ciste 'oblongifolius' sur le talus et nous avons deux cistes 'x skanbergi' mourants.Cela se passe toujours de la même façon: ils jaunissent et brunissent en un rien de temps ... et terminé: A gauche le pied moribond, à droite, superbement fleuri, un sujet indemne

DSC02888j'ai aussi perdu un genêt d'Espagne sur deux, arbuste méditerranéen très résistant.

C'est tout ce que nous avons perdu. C'est très peu après sept mois de sécheresse entre la journée torrentielle du 2 mai 2017 et la neige du début décembre: 4 légères pluies en  tout, aucune grosse pluie automnale. Je n'ai pas arrosé le jardin de l'été ( sauf les très jeunes plantes reperées par un piquet de bambou). Les quatre légères pluies ont certainement fait office d'arrosage de "survie" - suffisamment d'humidité pour assurer la survie du système racinaire mais pas assez pour " réveiller" les plantes. Important, car les plantes méditerranéennes entrent en dormance l'été. Leur façon de se protéger.

Les vivaces ont très bien tenu. comme le lin qui avait disparu en fin d'été et qui est reparti, magnifique

DSC02687Le lin, si tendre, si frais, si délicat ... petite pensée pour Jean de La Fontaine

DSC02686Petite séquence de comparaison: j 'ai ressorti quelques photos prises en septembre dernier.

Parmi les arbustes: très bonne surprise, le Seringat (Philadelphus Belle étoile)- le squelette maronnasse au premier plan- j'aurais donné mon billet qu'il ne survivrait pas. ( à propos: l'oranger du Mexique vert, à droite, a bien tenu mais je l'ai viré car il était chlorotique et végétait).

DSC00332Le voici, ces jours-ci: Il est superbe et délicieusement parfumé. Comme quoi, la vie nous surprendra toujours

DSC02945

DSC02946Continuons la comparaison entre septembre ( fin octobre, c'était pire) et maintenant avec des zones plus larges:

La bordure de la grande restanque: au premier plan l 'euphorbe Ceratocarpa. Derrière tout aussi grillée L'armoise arborescente

DSC00342qui ont retrouvé leur splendeur

DSC02824Ci-dessous, les Phlomis Russeliana secs et complètement flapis

DSC00347Les voici, verts et touffus...sans parler des graminées

DSC02909La partie médiane - rocaille plane- de la grande restanque

DSC00343devant, un ail ( miracle, avec la pluie tous les aulx absents l'an dernier sont revenus), à gauche Gaura lindheimeiri  ,puis Origan 'Kent beauty' ( qui tapisse la pierre) etc. Cette photo a été prise il y deux semaines: les vivaces pour la plupart ne sont pas encore fleuries: l'hiver, ici, a été long et froid.

DSC02673Et encore

DSC00341Euphorbe Ceratocarpa et armoise arborescente. Derrière, devant: à gauche Nepeta X Faasenii et Stachys byzantina ( oreilles d'ours)

DSC02675Et pour finir à l'entrée de la maison: des Cistes : au premier plan un ciste cotonneux ( cistus Albidus), de l'autre côté de l'escalier, Cistus X purpureus et X Skanbergi

DSC00330Les mêmes vus de face

DSC02787Bon, si ,après tout cela, vous n'êtes pas convaincu(e)s des gros avantages d'un jardin économe en eau ( en plus de sa beauté)...

27 avril 2018

Iris sauvages du jardin méditerranéen

En tout début de printemps, le jardin est à dominante jaune, celui, jaune d'or, des narcisses, des Hertia Cherifolia, celui, acide, des euphorbes. Jaune relevé du bleu diffus des romarins.

Puis fleurissent les Iris. J'adore les Iris sauvages de Provence. D'abord Iris Germanica, peint par Van Gogh. Un bonheur du jardin "sec"méditerranéen

Il pousse à l'état sauvage, sur les talus, en bordure de route.  Il ponctue de son bleu violacé notre campagne. Chez nous, il pousse sur une parcelle volontairement laissée en friche, en arrière, le nuage blanc, des fleurs de Passerage ( Lepidum draba) une herbacée vivace envahissante qui n'hésite pas à coloniser le jardin

DSC02623Il peut aussi s'installer au pied d'un olivier

DSC02636ou à l'angle du garage.

DSC02622

DSC02619Ce sauvage, solide, résistant qui ne craint ni le froid ni la sécheresse se laisse volontiers domestiquer

DSC02621Quand nous sommes arrivés , il y en avait partout. nous en avons récupéré beaucoup  dans l'écroulement de murs au moment des travaux de réhabilitation de la maison et de la création du jardin. C'était en fin d'été: j'ai coupé les feuilles à 2 ou 3 cm du rhizome, nettoyé, divisé celui-ci, retiré les radicelles en mauvais état. J'ai ensuite mis tout ce petit monde en jauge au bord d'un talus. Nous les avons ensuite installés en divers endroits au fur et à mesure: comme ici, sous le bouquet de chênes au Nord de la maison où pas grand-chose ne pousse.

DSC02629Ce bouquet de chênes somptueux butte sur l'escalier d'accès à notre porte d'entrée, nous avons planté cette bordure ingrate, en pente et desséchée en permanence de romarins, de cistes ... et d'iris

DSC02609Gilles-mon-époux les a plantés entre les romarins et les chênes, il leur a bien fallu 3 ans pour prospérer et fleurir

DSC02617Ils sont de plus en plus vigoureux

DSC02614Un petit mot sur cette table d'extérieur aperçue sous les chênes deux ou trois photos plus haut, le propriétaire précédent nous en avait laissé plusieurs, nous n'avons conservé que celle-ci. C'est lui qui les a faites selon une méthode éprouvée dans le coin: Du ciment coulé à l'intérieur du cercle d' une roue de charette. Une fois la galette prise, elle est posée sur un cylindre du même ciment. Cette table d'un diamètre respectable doit avoir une soixantaine d'année ! Mobilier robuste et vintage. Si cela vous tente, reste à vous procurer une roue.

DSC02613Pour finir, voici l'autre iris sauvage que l'on trouve ici:  L'Iris Lutescens ou "petit iris des garrigues", il est trapu, campé sur une tige courte, ses couleurs, bleu, jaune, violet ou pourpre, sont magnifiques et il pousse dans les zones arides et ventées, cette photo a été prise il y a quelques jours lors d'une ballade sur la Crête.

IMG_20180423_113330

 

Posté par jardin sec à 21:58 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 avril 2018

Y a d' la joie !

Le printemps est là. Bien là. Après une semaine de pluies abondantes le soleil est revenu. Hiver humide et froid. Début de printemps pareil, et je dois vous avouer que cela m'a bien arrangée. En effet, des impératifs familiaux m'ont tenue éloignée de la maison et du jardin en ce début d'année...pas le temps de nettoyer, crainte de ne pas  rabattre les graminées avant qu' elles "repartent". Heureusement  hiver et début de printemps froids signifient végétation très en retard. Ce qui m'a laissé le temps de faire ... à temps.

J"ai nettoyé et comme j'avais quelques trous  à combler , j'ai un peu planté encouragée par la pluie. Visite à ma pépinière chérie:

En haut à gauche :1 Cistes X Purpureus 'Alan Fradd', et 1 Romarin rose (Rosmarinus off 'rosea'). En dessous à gauche 4  Teucrium X Lucydris en remplacement de 4 graminées Stipa Trichotoma devenues trop moches en vieillissant, en haut à droite une Centaurée argentea ssp Chionantha - dont j'ai oublié si elle sera rose ou blanche - pour remplacer un oeillet qui ne se plaisait pas enfin en bas à droite 4 Lithodora Zahanii pour remplacer 4 stipa décaties

DSC02553

A gauche 2 graminées Pipthatherum Miliaceum si belles et légères, 2 Cistes X oblongifolius ( ça, c'est pour Gilles-mon époux qui veut meubler un petit talus plus loin), juste devant 1 Dianthus Carthusianum qui rejoindra les autres déjà installés et à droite, 3 nouveautés: j'aime bien à chaque saison essayer de nouvelles plantes... histoire de voir: au fond à droite un Dalea bicolor var.argyraea, devant un peu hirsute et argenté: un Ptilostemon chamapeuce et à droite un Lupin Albifron, dont j'avais complètement oublié que j'en avais déjà installé un en décembre, pas grave.

DSC02554

Qui dit végétation en retard dit floraisons encore rares: heureusement il y a les jonquilles  avec en arrière-plan les Phlomis Russeliana ( variété basse) et les graminées qui se réveillent

DSC02548

Les Narcisses Tazetta

DSC02557

Et les romarins... celui-ci Alba

DSC02564

Celui-ci rose Rosmarinus off ' Majorkan Pink' attire particulièrement les abeilles charpentières ( Xylocopa violacea) pollinisatrices efficaces

DSC02575

Exceptés, le bleu et plus rarement le rose et le blanc apportés par les romarins , le jardin est à dominance jaune en ce moment: celui du couvre-sol Hersia Cherifolia

DSC02560

Celui des Euphorbes Rigida qui ont fleuri tout l'hiver: remarquable garde-manger pour les insectes. Je monte le son: Bzzzzz , Bzzzzz, Bzzzzzzz

DSC02561

Abeilles, guêpes dodues ou minuscules s'y bousculent

Posté par jardin sec à 17:08 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


11 mars 2018

Du mouron pour les petits oiseaux ?

L'autre jour, il a beaucoup neigé, sur mon jardin "sec". Le lendemain, il a beaucoup plu. Tout a fondu. Et depuis il pleut, pas tous les jours mais presque. Si cela pouvait continuer ainsi jusqu'à fin avril... Cela se pourrait car ici, en Provence, le printemps est pluvieux enfin ...était. Naguère.

Ici, pas de mouron pour les petits oiseaux: des graines de tournesol. La mangeoire, le spectacle vivant de l'hiver

Tout beau, tout nouveau: Le Gros-bec. C'est la première année que nous en voyons. Immédiatement reconnu par notre amie Danielle à son bec énorme

DSC02415Nous en avons repéré deux. Un couple?

DSC02418Un bon gros pépère comparé à la gracieuse mésange. Ci-dessous, charbonnière

DSC02419 La charbonnière, comme la Mésange bleue ne sont pas du tout facile à photographier car elles ne restent pas sur la mangeoire

DSC02437Picoreuse, la mésange arrive de son vol ondulant, attrape une graine et déguerpit

DSC02423Il faut dire que les seigneurs de la mangeoire ne lui laissent pas le loisir de s'attarder. Les seigneurs de la mangeoire? c'est qui ? NOUS !

DSC02426les Chardonnerets élégants. Les beaux gosses du quartier. Nombreux chez nous, ils tiennent le haut du pavé et font la loi.

DSC02424 Ils occupent la mangeoire et gare à celles et ceux qui voudraient la ramener

DSC02425Pourtant Les Verdiers, qui s'empiffrent eux aussi, leur tiennent tête: C'est alors  rififi chez les p'tits zoiseaux...

DSC02435et gros bazar à la mangeoire: Les graines volent par dessus bord pour le plus grand bonheur de ceux qui n'attendent que ça pour les becqueter

DSC02436Celui-ci est adorable...qui ressemble à un Verdier mais en gris et en plus rond, il a l'air tout doux.  Qu'est-ce-que c'est ?

DSC02450Nous avons aussi d'autres oiseaux dont quelques rouges-gorges, mais ils ont fui la paparazza.

Posté par jardin sec à 06:59 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 février 2018

Ici comme ailleurs

Ici comme ailleurs, il neige. On s'y attendait: Ils* l'avaient dit. A vrai dire, elle est arrivée en retard, la neige. Les villages environnants déjà blancs depuis deux jours quand chez nous, rien.

Elle s'est d'abord mise à tomber doucement, légèrement, tranquillement dans le calme de la fin de matinée

DSC02404

Voilant la verrière de la salle de bain

DSC02401

et le lierre

DSC02403

Puis le vent s'est levé. Elle est alors tombée follement, à l'horizontale, en tourbillons poudreux au gré des bourrasques,

DSC02405

Flocons, denses, chahutés

DSC02408

L'avantage de cette valdingue, c'est que la neige ne reste pas sur les arbres

DSC02406

Au moins, pas besoin de sortir secouer les oliviers

DSC02409

Bienvenue la neige comme toujours, bienvenu le froid ( -5° la nuit, 1 à 2° dans la journée) qui assainit.

Nous nous souviendrons particulièrement de ce mois de février, surtout nos deux amies " descendues" pour les vacances de Normandie. Car... nous sommes en panne de chauffage depuis un mois. Chercher une entreprise qui veuille s'aventurer dans le Var profond ( Vous êtes où ? Vous n'y pensez pas ! c'est beaucoup trop loin pour nous...), finir par en trouver une : Oh mais c'est grave...votre PAC ( pompe à chaleur) est morte...il faut la changer, passer  commande du nouveau matériel... intervention dans deux semaines...oui, oui, c'est long mais que voulez-vous, nous sommes débordés... toutes ces PAC et chaudières qui ont le mauvais goût de tomber en panne en plein hiver ! Et maintenant la neige...c'est qu'on ne voudrait pas rester bloqués...

En début de mois, on a vraiment caillé: 8° le matin au réveil, puis des amis nous ont prêté des radiateurs électriques et à l'heure qu'il est, nous arrivons à 13,2°. Alors nous nous entassons auprès du feu.... Le thé, la bouillotte, les plaids sur les genoux, les nourritures roboratives...C'est pas si pire.

DSC02412

La nuit est tombée, il neige de plus en plus. Tout à l'heure, lorsqu'il faisait encore jour, j'ai vu un oiseau se blottir au coin du volet. Dehors le vent, la tempête, il gèle. Mettre les lentilles et le petit salé à cuire, se rapprocher du feu. Savoir qu'il y a des gens dehors.

* Ceux de Méteo France

Posté par jardin sec à 19:45 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 février 2018

Décaissage

En ce mois de février, il ne se passe pas grand-chose au jardin. Ah! si, les narcisses commencent à éclore. Côté météo, c'est Jean-qui-rit, Jean-qui-pleure: du ciel bleu, parfois quelques nuages et tous les dix jours, un bon coup de flotte ! on nous promet de la neige pour la semaine prochaine, qui sait ? il neige souvent à cette période: ce serait bienvenu. Une bonne neige pour emmagasiner de l'eau... car de l'eau , il nous en faut encore, le déficit dû à la grande sécheresse de l'été dernier étant encore loin d'être compensé.

Je ne jardine pratiquement pas en ce moment, pas le temps: d'autres occupations plus urgentes. Gilles-mon-époux est plus actif: Notre maison étant à flanc de colline, tous les ans au printemps , nous faisons refaire une partie des murs en pierre sèche qui soutiennent nos "restanques"- les terrasses - sur lesquelles reposent la maison, le jardin, les oliviers etc. Nous restaurons ces murs petit à petit, par tranches. Gilles s'occupe des plus bas. Pour les plus hauts, nous faisons appel à Emmanuel, le " Murailler", que vous pouvez voir au travailet .

Il s'agit de poursuivre cette année le travail engagé l'an dernier: la réfection d'un mur trop long pour être refait en une seule fois (question de budget).

Vous voyez la partie réalisée l'an dernier arrêtée par l'escalier. Pour gagner du temps et préparer le chantier d' Emmanuel, Gilles a commencé à "décaisser": c'est à dire à démonter le vieux mur abimé: reste la terre nue, à droite prête à recevoir le nouveau mur

DSC02359Gilles a déjà préparé une bonne longueur de mur

DSC02374et hier, par grand beau temps, il a reçu le renfort de notre ami Dominique venu passer quelques jours chez nous. Les voici, s'attaquant à un nouveau tronçon: simples, les outils: griffe, pioche pour gratter la terre et ébouler les cailloux

DSC02380 barre à mine pour déloger les grosses pierres

DSC02392Un mur est composé de grosses pierres agencées en façade et de petites pierres en arrière " le drain"

DSC02367L'ami du murailler: le seau pour transporter le "drain"

DSC02394Au premier plan,  Dominique extrait le "drain" tandis que, plus loin, Gilles déloge une pierre de façade. Décaisser réserve  parfois des surprises...

DSC02379Ces petites constructions? Les pierres extraites du mur, une fois triées, sont ainsi conservées. Elles serviront  à la construction du mur de remplacement. Auparavant les pierres étaient seulement entassées, Gilles, à présent les disposent en "silos" , tellement plus jolis...

DSC02358Edification d'un "silo": même principe que pour construire un mur: grosses pierres dressées autour...

DSC02373"Drain" déversé au centre

DSC02390

DSC02382

 Et voilà: au bout de 2 heures de travail très physique , le nouveau silo a pris de la hauteur

DSC02400

je vous montrerai le nouveau mur dans quelques mois...

Posté par jardin sec à 19:33 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 février 2018

Perdreau de l'année

Me voici de retour. Plus tard que prévu. La vie s'est écoulée, imprévisible, qui m'a tenue, ce mois de janvier, éloignée du jardin donc du blog.

Le jardin est livré à lui-même, je l'ai grossièrement nettoyé sans plus: j'ai seulement retiré ce qui était mort mort, coupé les fleurs séchées sans intérêt et un peu tailloté. Je n'ai pas encore rabattu les graminées, je le fais assez tard quand je vois nettement les jeunes tiges sortir. La végétation me semble en retard cette année: les narcisses précoces sont à peine en boutons et il faut gratter le sol pour apercevoir les jeunes pousses.

Les nuits ont été froides mais pas glaciales et bon, très bon point: il a plu souvent. Gilles-mon-époux qui a creusé pour planter quelques oliviers supplémentaires m'a dit que la terre était humide à 60 cm de profondeur. J'ai un peu honte de le dire en pensant à toutes celles et ceux qui souffrent d'inondations mais ici, en Provence, nous avons encore besoin d'eau.

L'invitée de ce début d'année n'est une plante du jardin, bien qu'elle s'y promène volontiers, c'est elle:

DSC02078

La perdrix rouge, la bartavelle de Marcel Pagnol qui doit son nom à son oeil et son bec vermillon. Elle est assez grosse pour une perdrix ( adulte, une trentaine de cm) et toute en rondeur, appétissante, c'est certain. Voilà pourquoi cette futée se rapproche de la maison, comme les lièvres,  pendant la période de la chasse. En fait, elle n'est jamais bien loin. Cette perdrix niche dans les herbes des terrains secs et rocailleux et alentour, ce n'est pas ce qui manque. Elle vit en groupe et - monogame - en couple. Il n'est pas rare  de les voir défiler en famille. Il nous est arrivé un jour de devoir rouler au pas pour arriver chez nous : papa, maman  et les petits à la queue leu leu avançant devant la voiture en se dandinant au beau milieu du chemin. Elle est à la fois familière, on en a retrouvé une blottie dans la maison et farouche: un mouvement brusque et elle s'envole pour aller se poser 50 mètres plus loin. Nous sommes inquiets quand elles disparaissent, les chasseurs les auraient-ils toutes tuées? - mais il paraît que l'été elles préfèrent vivre à une altitude plus élevée -  soulagés lorsqu'elles reviennent.

D'autres habitués: Les chardonnerets qui apprécient les graines de tournesol ,tout comme les mésanges et les rouge-gorges moins nombreux

DSC05348

.Quelques plantes quand même: l'euphorbe Ceratocarpa, qui est vraiment au summum de sa plendeur l'hiver,  surtout givrée au petit matin.

DSC00300

Les graminées bien sèches : à gauche Pennisetum orientalis, la " botte de paille", à droite Achnatherum calamagrostis qui conserve son port gracieux. Je les ratiboiserai sous peu.

DSC00218

En contre-plongée: le peu de feuillage qui reste sur un rosier 'Chinensis mutabilis', mais d'un si beau rouge et en transparence le doré d'une graminée

DSC00211

Et pour finir ce drôle de nuage...

DSC05355

Posté par jardin sec à 23:08 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26 décembre 2017

Jardin de cristal, le jardin sec givré

Il y a quelques jours, après la neige, après la pluie: le gel.

Au lever du jour un paysage argenté et crissant. Quelques heures plus tard un jardin de cristal qui se réchauffe doucement.Les plantes méditerranéennes installées chez nous sont sélectionnées pour résister au froid aussi bien qu'à la sécheresse. Le givre ne les brûle pas, il les embellit.

DSC02060

Cistes

DSC02064

Sauge

DSC02066

Euphorbe rigida

DSC02068

Polygonum équisetiforme

DSC02069

Ballote

DSC02070

Petits pompons de givre

DSC02071

Fleur sèche du Sedum 'Autumn Joy'

DSC02072

autre ciste

DSC02073

Merci pour votre fidélité, vos commentaires, vos conseils, vos partages...

Je vous souhaite une nouvelle année de découvertes et de jardinage heureux...

Posté par jardin sec à 22:48 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,