Des Pierres dans mon Jardin sec

16 décembre 2019

Jardin d 'hiver

Même s'il pleut encore régulièrement beaucoup, " l'épisode méditerranéen" est derrière nous. Le froid est arrivé avec des températures de plus en plus basses la nuit. Nous oscillons entre 0 et - 3° au petit matin. Suffisant pour givrer plantes et paysage.

En cet automne très humide, l'herbe a poussé sur les restanques encore gorgées d'eau. Gelée, elle blanchit et scintille

DSC09265

DSC09270Comme les feuillages. Celui du Stachys byzantina ( Oreille d'ours) qui redevient duveteux au premier rayon direct de soleil

DSC09255Celui de l' Origan ' herrenhausen' délicatement ourlé de glace

DSC09256Ci-dessous, ce sont les fleurs de l'Achillée milleffollium 'Terracotta' que j'aime beaucoup  pour leur couleur jaune cuivrée; elles sont pratiquement  sèches. J'ai pas mal travaillé au jardin ces jours-ci , pour le nettoyer et le débarrasser du  "moche-mort" et du pourri mais sans excès: je laisse les graminées et toutes les touffes sèches qui servent de refuge aux insectes, araignées et  larves.

DSC09257la même achillée vue de ma hauteur, le jaune d'une fleur se laisse encore deviner

DSC09258Du Teucrium hircanicum ( germandrée) sont restées les fleurs en épis, fraîches elles sont rouge violacé. Désormais ocres, elles surplombent les feuilles duveteuses et légèrement gaufrées qui retiennent le givre

DSC09262Des Phlomis Russeliana, vous voyiez, au sol,  les larges feuilles arrondies encore d'un vert tendre poudrées de blanc, les hampes fièrement dressées et les fleurs sèches "café" n'ont pas souffert des trombes de pluie

DSC09263En immédiat contrebas de la maison mon figuier préféré dit "de Marseille": l'été son feuillage embaume et en septembre ses rondes petites figues vertes à la chair rouge framboise sont un délice. Alors qu'il a perdu ses feuilles quantité de fruits restent accrochés, pétrifiés par le froid, à l'extrémité des branches. Ils sont devenus immangeables, même les oiseaux n'en veulent pas

DSC09271Le rose passé des fleurs du Rosier "Le Vésuve" qui fleurit du printemps aux gelées

DSC09266et celui, vif des derniers boutons

DSC09267

Je vous souhaite à toutes et tous une heureuse fin d'année !

Posté par jardin sec à 03:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


28 novembre 2019

Bénie des Dieux, la Sicile

Un peu déprimant mon dernier message ? je vous propose de revenir en arrière.Il y a à peine deux mois, nous sommes partis avec Gilles-mon-époux en Sicile. C'était notre première fois, et dans la partie Sud-Est, en gros: Catane,Taormine, Agrigente, Syracuse.

La Sicile est une île bénie des Dieux: un climat méditerranéen tempéré par la mer: du soleil, de la chaleur, de la douceur et ce qu'il faut d'humidité... j'y ai vu des merveilles .

J'oubliais: Le Sud-Est , c'est la région de l'Etna que j'ai trouvé très impressionnant. Sur l'Etna, toujours actif, pas de douceur

DSC08372-001

Ce "Ninja" est notre guide ( obligatoire sur le volcan) sa tenue vous donne une idée du climat au sommet: glacial et venteux, le sol ? de la lave

DSC08376

 Et sur cette lave près du sommet gelé et balayé par les vents, poussent saponaires et astragales siciliennes ( la photo est mauvaise, je l'ai prise de la cabine du téléphérique qui monte vers le sommet) , je n'en revenais pas.

DSC08387En contrebas du volcan, douceur retrouvée ( et humidité aussi: il pleuvait ce jour-là ):  buisson d'hortensias surmonté de jasmin

DSC08395Au bord de la route, ce magnifique bougainvillier blanc pur

DSC08457

Le long du fleuve Alcantara, végétation méditerranéenne: oliviers, aloès et figuiers de Barbarie en abondance

DSC08411

DSC08467-001des plaqueminiers aussi

DSC08471

Un plein champ d'Oxalis vert, je n'en avais jamais vu une telle étendue

DSC08477-001

DSC08478-001

Près d'Agrigente, des grenadiers

DSC08708

Enfin, lors d'une promenade dans la réserve naturelle de Vendicari en bord de mer, une plante mythique que je n'avais jamais vue, en vrai.

La Mandragore, cette plante cousine de la belladone est fascinante, riche en substances toxiques aux propriétés  hallucinogènes (en autres) et dangereuses. Ingrédient recherché par les sorcier(e)s, elle entrait dans la composition de philtres et potions maléfiques. Si, si, je vous assure.  Elle doit sa réputation sulfureuse à diverses légendes.. 

En vrai , elle est plutôt modeste: elle ressemble à une primevère mais...en y regardant de  près: son feuillage est épais et coriace ...et sa racine ( que je n'ai vu qu'en reproduction)  troublante: elle a la forme d'un corps humain.  Pourquoi ?

DSC08824

On dit que les mandragores poussaient au pied des gibets, là où la terre était ensemencée par les dernières gouttes de sperme du condamné. La forme de la racine serait un  souvenir de cette paternité. Une légende parmi d'autres.

Beau, ce bleu violacé, n'est-ce-pas ?

DSC08833-001

A bientôt

Posté par jardin sec à 09:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 novembre 2019

Episode méditerranéen

Après les épisodes cévenols qui ravagent trop souvent le Gard, d'autres épisodes arrivent dans le paysage, bien loin des courts récits haletants des feuilletons de naguère ou des séries addictives d'aujourd'hui: les épisodes méditerranéens.

L'actuel commence à durer et s'amplifie. Je me réjouissais il y a un mois de cet automne pluvieux - obsédée par le niveau de notre nappe phréatique. Je dois avouer qu'aujourd'hui, je rigole moins.

Il pleut depuis un mois  - record de pluviométrie pour un novembre à ce qu'il paraît. Il a plu variablement, bruiné, doucement  ou dru, régulièrement avec de brèves accalmies et quelques trêves. Depuis quelques jours, c'est l'emballement, il tombe des cordes, des hallebardes, des trombes: ce n'est pas vache mais cheptel au complet qui pisse.

Dans nos collines, nous sommes plutôt chanceux, les habitations sont rarement inondées sauf à habiter trop près du lit de la rivière que j'entends gronder de l'intérieur de la maison, bien qu'elle soit à 300 mètres en contrebas.

Les risques ici ? le ravinage des chemins, l'éffondrement des bas-côtés des routes, les glissements de terrain, les chutes de pierres qui vont avec, les cours d'eau qui découchent, les routes coupées.

Gorgé d'eau, le sol ne suit plus: les champs de nos petites plaines qui reçoivent l'eau des collines  s'émaillent de mares.

IMG_20191123_140825

Les routes miroitent, parfois submergées

IMG_20191123_140740

Chez nous, notre petit territoire commence à ressembler à une rizière... 

DSC09247

Que d'eau, que d'eau

DSC09251

Nos murs de pierre sèche sont des passoires. C'est tant mieux: la technique de la pierre sèche permet à l'eau de passer sans dommage. Les murs bétonnés , eux, peuvent éclater sous la pression de l'eau

DSC09249Les drains aussi font leur boulot ...

DSC09250

Et le jardin ? pour l'instant il va bien et même très bien: vert et opulent. Je crains cependant un méchant effet retard: nos plantes méditerranéennes n'aiment pas du tout, mais pas du tout les bains de pieds prolongés: l'eau en excès et stagnante asphyxie leurs racines et elles pourrissent.

J'ai bien peur que ce "épisode méditerranéen" cause bien plus de dégâts que nos sécheresses prolongées.

Nous compterons les cadavres au printemps, en attendant nous craignons pour la récolte d'olives

DSC09248

Pas très joyeux, ce message...je vais essayer de faire mieux la prochaine fois :)

Posté par jardin sec à 19:17 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

20 octobre 2019

Bienvenue chez nous

Bonjour à toutes et tous, je reviens au blog après une longue absence et avec de bonnes résolutions, ça sert à cela la rentrée, n'est-ce-pas? prendre de bonnes résolutions et tâcher de s'y tenir ;)

Je vous emmène dans un coin du jardin dont je vous parle rarement. La partie arrière de la maison où arrive le chemin d'accès  voir le plan général . Plus exactement la partie haute d'une plate-bande, unique chez nous car elle est visible de l' avant de la maison ( du Sud) et du Nord.

L'arrivée à la maison, par le Nord est austère, cette façade ne comportant qu'un minimum d'ouvertures, on arrivait droit sur un mur blanc quasi aveugle avant de bifurquer à gauche vers le garage.  

DSC09000

DSC09003

Ce massif est destiné à égayer cette arrivée. Dans la famille " Jardinier(e)s" , je suis du genre " paresseuse" - grâce à Patricia Beucher et son Beau jardin du paresseux que j'ai lu il y a une vingtaine d'années et qui m'a décontractée de la binette, qu'elle en soit ici remerciée. Donc il me fallait:  du beau, du résistant à la sécheresse au gel au vent, sans arrosage évidemment et sans autre entretien qu'un peu de taille de temps à autre .

Ah ! j'oubliais,  je voulais  aussi des fleurs tout au long de l'année. J' ai consulté mes pépiniéristes-chéris avec ce cahier des charges exigeant... et voici le résultat:

Commençons par l'Ouest : ce gros buisson qui masque en partie un mur aveugle 

DSC09001

est composé de trois groupes d'arbustes: au fond 3 rosiers Chinensis Mutabilis

DSC09005

en fleurs... cette merveille fleurit pratiquement tout l'année, en faisant des pauses s'il fait trop sec ou trop froid

DSC09012

Toutes les photos ont été prises aujourd'hui, par temps gris et à la suite de fortes pluies qui ont à peine endommagé les fleurs

DSC09013

des boutons continuent même de se former

DSC09014

Devant les rosiers une ceinture d'Abelias: une dizaine de pieds en mélange d' Abelias 'Edouard Goucher' au feuillage vert vernissé qui peut atteindre 1,50 m et d' Abelias ' Francis Masson' au feuillage jaune doré, un peu plus petit (1 m),  les deux fleurissent en fin d'été et à l'automne. 

DSC09009

Ils croûlent en ce moment sous leurs fleurs en clochettes, teintées de rose pour 'E.Goucher', blanches pour 'F. Masson'. Par grande sécheresse, leur feuillage ramollit et pendouille mais ils récupèrent toujours à la première grosse pluie et ils grandissent au fil des ans

DSC09010

Ci-dessous, la même partie vue de l'Ouest vers l'Est, le vert à droite des Abélias est celui des Lauriers-Tin (Viburnum tinus)  qui fleuriront pendant l'hiver

DSC09008

Regardons de nouveau en avançant vers l'Est: ce grand arbuste de 2 mètres de haut est le Céanothe 'Concha' qui fleurira, boule bleu dur, au printemps. A son pied, la nappe argentée c'est de la Tanaisie d'Arménie ( Tanacetum densum ), superbe couvre-sol

DSC09015

Continuons, dans le prolongement du céanothe,  des Cistes x purpureus , au fond, un énorme Phlomis Fruticosa qui fleuriront au printemps et en début d'été 

DSC09018

Tout au bout à gauche vous apercevez les fleurs d'un Rosier Chinensis Mutabilis qui ferme la marche

DSC09019

Pour terminer, la bestiole du jour et une question: qu'est ce que c'est ? un criquet pélerin ? un autre criquet ?  il est grand, environ 7 cm, brun plutôt foncé et il ou elle s'abritait de la pluie sous une feuille de Canne de Provence, dans le petit patio de notre salle de bain. Je suis descendue dans la baignoire pour le photographier, comme je l'avais fait pour la couleuvre ( voir ici )

DSC08992

Si vous savez dîtes-moi, merci d'avance

DSC08994

J' ai fait des messages sur toutes les plantes citées plus haut, cliquez sur leur nom pour les voir en fleurs et en savoir plus:

A bientôt !

Posté par jardin sec à 02:16 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

31 mai 2019

Merveille du Jardin sec méditerranéen: Le Phlomis russeliana

Les Phlomis sont des valeurs sures de nos jardins méditerranéens. On en voit pourtant assez peu dans les jardins, je me demande bien pourquoi. Cette vivace appelée aussi " Sauge de Jérusalem" a tout pour nous plaire. 

L'an dernier je vous avais présenté le Phlomis Fruticosa, cette année , place au Phlomis Russeliana, un de mes chouchous, je vous l'avoue.

Commençons par une vision d'horreur: Le voici, fin du mois de septembre 2017, après 5 mois d'atroce sécheresse ponctuée de canicules. Le voici, flapi, jauni, desséché, en un mot: agonisant. Le calvaire n'était pas terminé puisque octobre a été sec et novembre aussi. Comme toutes les autres plantes, Je ne l'ai jamais arrosé . 

DSC00347Il s'en est remis, reverdissant et reprenant vigueur au printemps 2018, mais il n'a pas fleuri l'année dernière. Etonnée, je me suis dit que cette belle vivace était encore en mode "récupération", je me suis contentée d'admirer l'an dernier son magnifique feuillage tapissant.

Le voici en fin de ce mois de décembre 2018: Ses feuilles d'un vert "printemps" légèrement ramollies par le froid

DSC05922Au début de ce mois de mai. Les Phlomis ont cette particularité de porter leurs fleurs sur des hampes qui s'élèvent plus ou moins haut au dessus du feuillage. C'est accentué chez le Russeliana, puisque le feuillage reste au ras du sol. Voyez les hampes qui pointent hors du feuillage

DSC07490

DSC07553En cette fin de mai , les fleurs

DSC06053

DSC07882Les hampes continuent de s'élever et portent les fleurs par étages successifs. 

DSC07883Celles du bas commencent à faner alors que, les hampes grandissant encore, d'autres naissent

DSC07884Si le feuillage -persistant- ne dépasse pas 20 cm de haut , les hampes florales peuvent atteindre 1 mètre. Enfin, pas chez nous où il fait très sec, où je n'arrose pas. Chez nous le maximum a été 80 cm. 

DSC07879Je trouve ce phlomis particulièrement graphique et élégant, ses grandes feuilles d'un vert vif et tendre, légèrement duveteuses sont superbes. Persistantes, elles animent le jardin toute l'année  même... moches en fin d'été éprouvant ;) . Quant aux fleurs, caractéristiques du phlomis, elles sont tellement originales, portées par ses hampes toniques

DSC06052et d'un jaune décliné en deux nuances de pétales: jaune d'or et jaune "poussin"

DSC06048Ce Phlomis, comme la plupart des phlomis résiste à tout: au gel ( - 15°), aux grandes sécheresses, et ses hampes ne s'écrasent pas sous les trombes d'eau qui s'abattent parfois chez nous. Il fleurira ainsi jusqu'en début juillet. Et après? les hampes sèchent, ainsi que les fleurs. Je les coupe le plus tard possible. Elles sont si belles sous la neige, apportant de l'insolite au jardin comme en ce mois de février 2013: adorables champignons.

_DSC0164

Posté par jardin sec à 16:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


15 mai 2019

un bel orangé: Sphaeralcea ambigua

En principe, j'attends qu'une plante ait vraiment fait ses preuves avant de vous en parler, soit environ 3 ans. Pour celle dont il est question aujourd'hui, exception.

Cette Sphaeralcea ambigua , je l'ai installée chez nous en novembre 2017 suivant les - toujours- bons conseils de mes pépiniéristes-chéris. Elle se plaît énormément dans la rocaille plane de la grande restanque. C'est une plante idéale pour un jardin sec méditerranéen.

Si je vous en parle si tôt, c'est que j'en suis marteau. Jugez plutôt:

Oui , c'est elle- je dis "elle" car elle est de la famille des malvacées ( famille qui convient généralement bien aux jardins "secs"),  ce léger buisson orangé. Au premier plan les quelques taches rose vif violacé sont les fleurs minuscules mais présentes de l'Oeillet des Chartreux

DSC07539Buisson, buisson... en vérité, c'est une vivace qui se prend volontiers pour un arbuste: Elle peut atteindre 1  bon mètre - la nôtre, jeunette est encore petite: 50 cm-  Port altier, tiges souples et résistantes qui supportent la pluie sans s'avachir. Belle dans le soleil du soir

DSC07558J'aime tout chez elle: sa légèreté, son feuillage persistant , dentelé, duveteux d'apparence, d'un vert amande argenté

DSC07542Surtout, j'aime sa couleur: mandarine à la fois doux et lumineux. J'ai hésité longtemps avant d'apporter de l'orange au jardin, Gilles-mon-époux ayant décrété qu'il "n'aimait pas l'orange". Je me suis abstenue jusqu'au jour où il s'est extasié devant des...capucines " minium". Allez comprendre ! depuis l'orange est entré au jardin. Cest beau et... cela va avec tout, le bronze, tous les verts, le rouge et le bleu, comme ci-dessous le bleu frais du lin

DSC07555Photo prise du dessus pour mieux voir le feuillage

DSC07543

DSC07541Les fleurs simples à 5 pétales de 3 cm de diamètre, d'un mandarine ou clémentine subtil et tonique, au coeur jaune d'or

DSC07495Ravissantes, elles remontent de mai à octobre - avec une pause, évidemment, en période de grande sécheresse

DSC07520Ajoutez à cela que le Sphaeralcea ambigua aime le soleil et s'accommode des terrains secs et calcaires. Je suis emballée mais il faut  le surveiller ; l'été 2018 a été plutôt humide malgré des pointes caniculaires.  le Sphaeralcea ambigua resistera-t-il à une sécheresse de plusieurs mois? je vous dirai.

Posté par jardin sec à 23:44 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 avril 2019

Iris : merveille printanière

Me voici de retour après des problèmes de connexion internet pas vraiment résolus mais en voie d'amélioration.

L'Indispensable petit bilan méréorologique: hiver très sec: pas une goutte de pluie les mois de janvier, février, février. Du jamais vu, cette grande sécheresse hivernale. Du sec et des nuits froides par conséquent une végétation très en retard chez nous. Heureusement, à ces trois mois inquiétants a succédé un mois d'avril très arrosé, mais toujours frisquet. A ce jour, les plantes ont repris du poil de la bête et se réveillent.

Je vous emmène dans une zone du jardin que je vous montre assez rarement : l'arrière de la maison et son entrée. La maison posée sur une restanque est en contrebas et c'est par un escalier que l'on arrive à la porte d'entrée. Cet escalier au Nord est bordé sur sa droite d'un terrain pentu, drainé et pauvre. Les seules plantes qui supportent ces conditions sont les cistes " cotonneux" , les romarins et... 

... les Iris , splendides en ce moment

DSC07476Tous ces iris poussaient sauvagement sur le terrain et dans certains murs. Lorsque nous avons chamboulé les lieux pour agrandir la maison, nous les avons récupérés et mis en jauge dans un talus à l'écart. Nous en avons une grosse réserve dans laquelle nous piochons selon les besoins ou envies. Gilles-mon-époux a eu l'idée de les essayer sur cette friche ingrate. Quand nous essayons, nous plantons une petite surface... pour voir. Si les plantes se plaisent, nous complétons les années suivantes: la photo ci-dessus montre la première tranche installée il y a trois ans et celle ci-dessous montre la deuxième installée l'an dernier dont les  jeunes sujets ne fleurissent pas encore

DSC07477 L'escalier et les plantes en bordure sont en contrebas de ce magnifique bouquet de chênes centenaires ( sous lesquels j'adore étendre mon linge) . La raison de la grande pauvreté du sol

DSC07488Pauvreté, dont les iris s'accommodent

DSC07478ils prospèrent parmi des sauvageonnes , et des vagabondes comme les euphorbes qui se sont ressemées

DSC07471

DSC07474ou ces petits Teucrium ( germandrées) sauvages

DSC07479Ces iris étant sauvages à l'origine, je ne sais pas leur nom. Je trouve néanmoins qu'ils ressemblent beaucoup à l' Iris albertii, variété haute très résistante à la sécheresse .

DSC07485

DSC07473Les iris sont en fleurs , les romarins aussi comme celui-ci - Rosmarinus off.'Pointe du Raz'- de l'autre côté de l'escalier

DSC07482

J'aime les champs fleuris d'espèces sauvages ou cultivées. Alors, pour compléter tout ces bleus, une nappe jaune dépaysante:

cette magnifique photo d'un champ de colza offerte en cadeau d'anniversaire à Gilles-mon-époux par notre amie Marie-Jo: c'est elle qui a photographié cette merveille... ce n'est pas en Provence, pas de colza chez nous, mais chez elle en Normandie dans l'Eure à Francheville

019

Posté par jardin sec à 16:16 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 mars 2019

Prière à Sainte Rita

Chères lectrices, chers lecteurs

Plus de messages sur ce blog depuis un moment, car depuis novembre, nous connaissons  de gros problèmes de connection internet...j'en suis désolée

Nous sommes en pleine campagne. En zone "grise" comme on dit. Les dysfonctionnements d'abord sporadiques se sont intensifiés. Après moult appels au fournisseur, changement de modem et autres opérations restées sans effet:  le diagnostic est tombé: ligne téléphonique défaillante. Dans nos campagnes, les réseaux vieillissants qui ne sont plus entretenus - ou mal- se dégradent. Une première intervention sur le réseau s'est avérée insuffisante au rétablissement d'un flux acceptable.

Si nous arrivons parfois à envoyer un mail entre deux coupures, il m'est quasiment impossible de nourrir le blog, d'y télécharger des photos à moins d'y passer des heures d'affilée...ce qui me rend chèvre.

Remarquez, vous ne manquez pas grand-chose: S' il fait très beau ici et depuis janvier très- trop- sec, les nuits encore froides ralentissent le départ de la végétation.  Cependant les narcisses, le romarins et les iris d'Alger sont en fleur.

Nous attendons d'autres interventions sur la ligne: Mais, c'est où, que ça coince, contacte mal, prend l'eau, que le fil est à nu, usé, à terre  ? Où ?  enquête en cours ...j'espère que ce ne sera pas trop long.

Les voies d'internet étant pour moi aussi  impénétrables que celles du Seigneur, je m'en vais de ce pas mettre un cierge à Sainte Rita, la patronne des causes désespérées ! Au cas où...

A bientôt ...j' espère,

Bon jardinage et profitons de la douceur printanière!

 

 

 

 

Posté par jardin sec à 12:13 - Commentaires [4] - Permalien [#]

27 janvier 2019

Le goût de la Taille (Japon 4 et fin)

Quand on se balade au Japon, cela saute aux yeux: Les Japonais sont des fondus de la taille. Leur savoir-faire en la matière est impressionnant:

Ils maîtrisent l'art du topiaire, au coeur de Tokyo dans le Meiji Jingu Inner Garden, devant la " Maison de thé" ces simples coussins. sobriété, élégance.

DSC03966

 L'art du Bonsaï est à l'origine chinois, mais les Japonais se le sont approprié avec brio. Ces très vieux arbres miniaturisés étaient présentés devant la Maison de Thé ( photo précédente). Si ceux-là sont des chefs-d'oeuvre, il semble que cet "art du vivant" soit couramment pratiqué car j'ai vu assez souvent des bonsaïs domestiques prendre l'air dans des ruelles

DSC03976

 En ce qui concerne les topiaires, le gigantisme ne fait pas peur: ci-dessous dans une allée de Kurashiki ( jolie petite ville proche d'Okayama. Ce sont des cyprès ou des ifs qui sont taillés. Les arbres étaient hauts ( plus de 3 mètres) , et je dois avouer que j'ai trouvé cet ensemble massif assez oppressant. Ondulations parfaites, les topiaires s'inspirent de la géométrie, je n'en ai pas vu d'animaliers

DSC04480

 On ne se contente pas de tailler les ifs, et les arbustes: on forme les arbres: celui-ci , près d'un temple était immense. Quel beauté, n'est-ce-pas? mais comment s'y prend-t-on pour tailler là-haut?

DSC04501

 Un petit tour à Okayama dans l'un des jardins les plus célèbres du japon: Koraku-En: un "jardin de Pelouses".- au Japon on trouve  "jardin de pelouses" et" jardin de mousses"-  où ces moutonnements apportent du relief 

DSC04677

 A Koraku-En, on taille aussi les théiers ( Camellia Sinensis)

DSC04708

 Les arbres formés demandent un entretien permanent . Un jardinier au travail perché sur un très grand escabeau

DSC04732A l'oeuvre, au sécateur

DSC04733

 Avant de quitter Koraku-En, je veux vous montrer cela: ces jolis manchons de paille présents sur le bas des troncs de nombreux arbres. D'après ce que j'ai compris - barrière de la langue ! - cela limiterait l'invasion de certains parasites. Je ne sais pas si la paille est imprégnée d'un produit quelconque, quelqu'un parmi vous le saurait ? 

Dernière minute : oui , Martine qui explique dans un de ses commentaires ci-dessous comment on piège les insectes...et sans produit. Merci Martine 

DSC04727

 Quittons Okayama pour Osaka, où j'ai eu la surprise de voir cet arbre parfaitement entretenu dans un parc public dans l'ensemble négligé ( voir les herbes folles un peu partout...)

DSC04966

Des arbres soigneusement  taillés et des topiaires, nous en avons vu partout:

Chez les particuliers comme dans ce jardin charmant photographié à la sauvette

DSC04587

 Devant cette maison, plus stricte est la rangée d'arbres en topiaires. Vous êtes surpris(e)s par le poteau et ses fils  électriques ? il y en a partout, c'est laid et je me suis demandée comment cela était possible dans un pays aussi léché que le Japon. La réponse est simple et pratique, le Japon est dans une zone dangereusement sismique:  à la suite d'un tremblement de terre, on répare le réseau électrique plus rapidemment s'il est aérien.

DSC04602

 Dans les temples: ici à Tokyo

DSC05143

 Là, à Kyoto dans le très beau et secret temple Honen-In

DSC05506

 

Enfin, je voulais vous montrer cela, vu à plusieurs reprises: Un bel arbre, formé bien sûr: sur les branches moussues, ces drôles de touffes d'herbe bien grasse ont poussé. Etrange n'est-ce-pas? je n'ai jamais vu cela auparavant. 

Re-dernière minute : lisez l'autre commentaire de Martine ci-dessous: pour elle; c'est une orchidée et en plus elle l'a identifiée ! ( trop forte, Martine!)

DSC04499

 

Pour conclure: la taille est un sport national au Japon. Une amie qui nous accompagnait  a dit qu'elle trouvait cela "violent" cette volonté de soumettre et de contraindre ainsi le végétal. Je ne voyais pas les choses comme cela mais en y réfléchissant...

Je termine ma série sur le Japon; Vous l'avez compris j'ai été très interessée par tout ce que j'ai vu:  inspirant et questionnant.

 

Posté par jardin sec à 09:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 janvier 2019

Des pierres dans les jardins japonais

 C 'est l' hiver. Il ne se passe rien au jardin, il dort. Il gèle modérément ( -3°/-4°) toutes les nuits. Suffisamment pour bloquer la végétation, les plantes qui avaient profité de la douceur du début de l'hiver pour "repartir " se sont arrétées. Je n'ai rien de nouveau à vous montrer, alors je continue mon petit reportage japonais.

Des pierres, il y en a de toutes sortes dans notre jardin: les grandes pierres plates de la grande restanque, celles de l'enrochement du talus, celles de la calade de la pergola, celles des murs et ouvrages en "pierre sèche" ( voir là, , et ) et aussi toutes celles qui étaient naturellement là .

J'aime les pierres, le minéral au jardin. 

Des pierres , il y en avait dans tous les jardins japonais que j'ai vus, jardins modestes de particuliers ou de Ryokan ( auberges traditionnelles japonaises), jardins publics ou jardins remarquables. Elles sont présentes en enrochement  comme dans Tenryû-ji garden, mais aussi

Dans l' immense parc-jardin Koraku-en à Okayama: en gué. 

DSC04721

 Dans ce même jardin, deux ponts de bois: ce premier, que je trouve très stylé

DSC04719

 et cet autre, d'une petite centaine d'années qui enjambe les nénuphars, heu... non, les lotus ( merci à Martine pour son commentaire ci-dessous) .fermer les yeux et imaginer ce que cela doit être au printemps: un émerveillement!

DSC04750

 Toutes les photos suivantes ont été prises dans un autre jardin de Kyoto, proche du Tenryû-ji, mais très différent. Le Okochi Sanso Garden qui n'a pas été conçu par un moine, mais par un célèbre acteur de cinéma japonais: Ohkouchi Denjirou - né en 1898, mort en 1962 - il lui a fallu 30 ans pour construire ce jardin autour de sa villa et de son pavillon de thé sur le flanc du Mont Ogura. C'est un jardin protecteur, on s'y promène entre les buissons et les arbustes qui s'ouvrent sur des clairières moussues ou des perspectives plongeantes sur Kyoto. Très peu de visiteurs: c'est pratiquement seuls qu'on chemine sur ces sentiers et ces escaliers empierrés

DSC04740

 Le fameux "pas japonais", à domicile

DSC05375

 calade qui ceinture le pavillon de thé

DSC05393

 Un petit chemin qui, chez nous, sentirait la noisette, 

DSC05404

 abrupt, cet escalier à la rampe de bambou

DSC05409

 Calade encore qui évoque une tête de serpent

DSC05410

DSC05412

DSC05413

 il se dégage de ce jardin sauvage et secret  une atmosphère très poétique: S'y promener, s'y asseoir est en soi un enchantement

DSC05423

 et ce hors de période de floraison. L'absence de fleurs en cette saison est , pour moi, largement compensée  par la variété des couleurs des feuillages 

Posté par jardin sec à 09:22 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,