A ce stade, je savais ce que je ne voulais pas: arroser, mais pas comment y parvenir. J'avais eu un petit jardin de ville en Normandie: rosiers, hydrangeas, clématites , ellébores...bien loin d'un jardin sans arrosage et ma petite expérience s'arrêtait là. A vrai dire je n'avais aucune idée de ce qu'était un jardin sec ni qu'il en existait des spécialistes. C'est mon amie Véro, jardinière expérimentée et avisée qui m'a ouvert la voie:

En viste chez nous en mars 2005, après avoir raconté qu'elle s'était épuisée l'été précédent ( été 2004 : la canicule ! ) à arroser son jardin normand, que sa facture d'eau avait explosé et qu'au bout du compte elle avait des sujets crevés à remplacer, elle a déclaré qu'elle voulait aller chez FILIPPI.

Chez FILI...qui? à la Pépinière Filippi, spécialiste à l'époque des plantes pour jardin sec et précurseur dans ce domaine.

Arrivées sur place, Véro est partie faire ses emplettes, jardinière avertie elle avait une idée précise de ce qu'elle voulait. Et moi, je suis partie à la découverte passant de l'émerveillement à l'abattement:

On ne peut qu'être impressionné dans un pareil endroit  par la beauté des plantes présentées, la diversité et la qualité des variétés proposées. C'est un nouvel horizon qui s'ouvrait devant moi

Le ravissement a cependant au fur et à mesure de ma déambulation rapidement cédé à l'abattement:

Plus j' avançais, plus je mesurais mon ignorance: Si je connaissais les "grandes familles": sauges, euphorbes, cistes, graminées etc. Les sujets présentés m'étaient étrangers pour la plupart. Il était évident que nous ferions avec ces plantes-là, mais lesquelles et une fois de plus comment?

Une consolation: je savais que ces plantes existaient et surtout où les acheter...enfin presque, car deux "détails" géographiques me chiffonnaient:

D'abord la Pépinière FILIPPI est à Mèze dans l'Hérault soit très exactement à 248 km de chez nous et à 3 heures de route: S'il est toujours possible de se faire livrer des plantes, je savais désormais que j'avais besoin non seulement de conseils mais d'assistance, donc de proximité. 

Ensuite la pépinière est au bord de l'Etang de Thau... C'est à dire au niveau de la mer : motif d'inquiétude , notre territoire se situant à presque 400 m d'altitude j'ai craint, peut-être à tort, que ces plantes élévées dans la douceur du bord de mer  résistent mal à nos sévères gels nocturnes. 

A l'issue de cette visite mon projet s'était affermi  et portait désormais le doux nom de  "jardin méditerranéen"... 

 

20130510_153255