Belle de l'arrière-saison? certainement... et irrésistible!

Car le Gaura est encore densément fleuri en cette deuxième moitié d'octobre.  En fleurs dès la fin du printemps comme presque tout le monde, il le reste, et c'est plus rare, sous le cagnard du plein été  rafraîchissant le jardin de sa multitude de "petits papillons blanc pur, rehaussé d'une touche de rose" . D'une constance sans faille sa floraison aérienne se renouvelle jusqu'aux gelées.

Esprit libre, il ne reste pas toujours là où on l'a mis: notre plus beau spécimen d'1 mètre d'envergure a déserté le jardin  pour descendre en contrebas dans l'oliveraie confortablement calé contre un mur de pierre sèche. ( photo)

Très rustique il résiste au gel. Il aime la sécheresse, mais supporte l'humidité qui raccourcit néanmoins son espérance de vie... Tiens, on m'a fait la remarque: " Tu as mis des Gauras?... ça ne dure pas...".  Ben, quelle importance?  les Gauras sont voyageurs et se ressèment allègrement.

Il ne faut pas confondre faible longévité avec fragilité: Quand il se plaît, le Gaura est d'une surprenante résistance: Les 3 nuits d'orage accompagnées de pluies diluviennes de la semaine dernière lui sont passées dessus comme paquets de mer sur vieux ciré: pas une fleur de tombée ou, si oui,  immédiatement renouvelée et tiges toujours gaillardement dressées, à croire qu'elles sont montées sur ressort!. 

L'hiver il disparait complètement...et  tarde parfois à pointer son nez au printemps: Patience!  il m'est arrivé, pensant qu'ils étaient morts de les arracher pour découvrir, furaxe, un ou plusieurs bourgeons de reprise sur la racine. 

J'ai constaté qu'il avait besoin "d'air": si vous l'entourez d'autres plantes - il fait merveille émergeant des graminées - laissez lui un périmètre de confort qui laissera s'épanouir sa touffe. Enfin je vous dis ça...parce que parfois il fait du mauvais esprit: j'en avais planté un pied à un bon mètre du rosier 'le Vésuve'. Après une saison magnifique, il s'est étiolé puis a disparu pour ressusciter  sous le rosier, où il nous a donné cette année le meilleur de lui-même....( photo). Le Gaura n'en fait qu'à sa tête!

Chaque année au printemps j'en achète plusieurs qui me servent de bouche-trous... 

Vous l'avez compris: on a toujours envie et besoin de Gauras chez soi!

DSCN5411

DSCN5955

Et voici le Gaura voyageur qui a émigré sur la restanque en contrebas - l'oliveraie - adossé à un mur de pierre sèche ( vu de face et de haut)

DSCN5135

émergeant au début de l'été de graminées en fleurs ( Stipa trichotoma)

DSCN6225

En magnifique harmonie avec le rosier "Le Vésuve" lui aussi , un champion de l'arrière-saison  ( photo prise hier !)

Et pour finir: SA FLEUR !

 

DSCN5524

DSCN5527

Le Gaura lindheimeri est une vivace aux feuilles en rosette qui disparaissent l'hiver. Floraison du printemps aux gelées, ici, en Provence.

Qui dit mieux?