L'hiver arrive doucement: ce matin, premières gelées matinales. J'attends le froid et les forts gels nocturnes qui vont assainir la terre et l'atmosphère. L'excès de douceur et d'humidité qui propagent les parasites a été lourd de conséquences:  La "mouche" a attaqué les olives et la récolte a été calamiteuse.

Mais revenons aux plantations de dimanche. Après le rosier "Buff Beauty" dans le carré d'aromatiques , les autres vivaces:

3 asphodèles à ajouter sur le côté de la terrasse. Bon! je sais, vous ne vous y retrouverez pas tant que je n'aurai pas mis un plan du jardin en ligne. J'y travaille, c'est pour bientôt.

Cet endroit est particulièrement ingrat: cette zone en terrasse est drainée en permanence grâce au mur en pierre sèche qui le soutient. C'est un endroit où la terre n'a pas été bâchée, pas abrité et plein sud donc exposé au soleil toute la journée avec un cyprès planté à proximité: 

DSCN5967

Sur cette photo de l'an dernier, on voit bien les lieux: au premier plan deux couvre-sol: Lippia nodiflora et Achillea crithmifolia ( qui devient invasive en zone humide). Pas possible de planter autre chose à cet endroit car en dessous se trouvent nos citernes  d'eau de pluie. A droite, les petites touffes des Stipa trichotoma qui camouflent les bouchons des citernes, au fond bien visible une armoise arborescente, c'est devant que nous allons intaller les asphodèles.

DSCN6580

Depuis, des Ballottes ont été plantées au pied de l'armoise. Je voulais faire une transition plus douce entre la partie plantée - au delà de l'armoise- et la zone couvre-sol des citernes: Ballottes charmantes et très résistantes, puis s'y sont ajoutées 2  Asphodelina liburnica à floraison jaune. petites touffes "ciboulettes" près du mur. Il y a un mois, j'ai déjà planté - petite touffe grise à gauche de la bêche - une sauge bleue " Brac" ( vous pouvez toujours chercher, "Brac" est le nom d'un village croate où Isabelle a récolté les graines! ).  J'avais envie d'autres asphodèles: je me suis décidée pour une asphodèle blanche: Asphodelus Ramosus: du costaud, à ce qu'il paraît ! J'en ai planté 3: les trois " poireaux "en triangle... Rendez-vous l'été prochain!

DSCN6581

Et voilà le travail ! Sur cette photo, vous voyez que la terrase est en surplomb, de deux mètres ici. Vous voyez l'oliveraie en contrebas puis la forêt de chênes verts, de chênes pubescents et de pins. Remarquez comme la terre est herbeuse au pied des oliviers, on se croirait en Normandie ! La pluie, pardi. Bientôt elle sera labourée.

Suite et fin des plantations dans le prochain billet...