Avant de poursuivre avec le plan n° 3, je vous signale que notre jardin fait l'objet d'un reportage "Un jardin caché dans la garrigue" de quelques pages dans le numéro paru en ce début janvier du magazine  L'Ami des Jardins daté de février 2015. Assez surprenant car on y voit le jardin, enfin principalement la "grande restanque" ( plan n° 4 à venir) en été ! évidemment cela contraste avec ce que je vous en montre en ce moment...

Après ce "scoop", revenons à nos moutons. Comme vous l'avez constaté, tout notre petit territoire est constitué de terrasses et la maison posée sur une de ces "restanques". Le dénivelé étant assez important, le chemin qui conduit à l'habitation est nettement en amont. Lors de la réhabilitation de la maison, il a été décidé que la porte d'entrée serait au Nord, la façade Sud s'ouvrant largement sur le paysage par des baies vitrées.

La maison elle-même étant adossée à une restanque et le mur Nord à moitié enterré, on accède à la porte d'entrée par des escaliers.

Plan n°3 : Escaliers, Terrasse Nord, Entrée  ( voir plan général )

DSCN6964

Bon, c'est pas malin, j'ai oublié d'indiquer clairement la porte d'entrée. Elle est située en bas du plan, là où il n'y a pas de trait, à droite de la mention "SUD" et à gauche de "maison". Comme vous le voyez, deux escaliers: celui d'accès est celui de droite qui monte vers l'Est. L'autre montant sur la restanque supérieure où se trouvent notre réserve de bois et le bouquet de grands chênes sous lesquels nous étendons le linge. 

DSCN6849

Voilà, vous arrivez!  Vous remarquerez qu'on ne voit pas la porte d'entrée qui est, juste à gauche, en retrait après l'angle "à la gouttière en zinc". Lors des travaux, cette zone a été créée de toutes pièces ( voir là ): Plus ingrat, il n'y a pas. Tout a été creusé pour bâtir les escaliers: les espaces évidés entre les murets de "pierre sèche" et le sol ont été grossièrement remblayés avec de la terre de champ. C'est surtout vrai pour la jardinère arrondie de gauche et celle du fond à droite. Quant à la partie qui longe la descente à droite, c'est pire: un entremêlement de racines ( du chêne) et de caillasses. Le tout exposé au Nord, et desséché en permanence.

DSCN6852

Gros plan sur le beau feuillage d'Helleborus corsicus installé juste à gauche en descendant, il est actuellement en boutons.

DSCN7070

Plan rapproché: Les habitants de cette zone sont tous de vrais durs à cuire. Quand Isabelle et Benoit ont réfléchi aux végétaux compatibles avec des conditions aussi hostiles, il a été décidé de choisir du robuste et de procéder par masses.  Comme il n'y a pas beaucoup d'espèces différentes, leurs noms figurent sur le plan ci-dessus. A gauche de la descente : juste après les hellébores, du Romarin, du Géranium vivace , des Euphorbes et un chevrefeuille près de la porte d'entrée. A droite de la descente, des euphorbes, des romarins, des graminées et des cistes.

DSCN6880

Vue de la porte d'entrée: En face le petit escalier qui monte sous les chênes et à sa gauche dans la jardinière en surplomb, de gauche à droite: Jasmin officinal, puis Sauge' Irène' puis cistes variés mêlés de valérianes. Ce qui est intéressant avec les murets, c'est d'y installer des plantes retombantes. Nous sommes en hiver les plantes sont défleuries: au printemps, je vous les détaillerai.

DSCN7072

Du seuil, vous accédez à gauche à la " Grande Restanque" ( partie n° 4 du plan général) vers l'Ouest. Au premier plan, à droite: le jasmin. A gauche, de profil, vous apercevez le feuillage d'un rosier palissé sur le mur Nord-Ouest de la cuisine, Rosa banksiae var.normalis, qui croulera sous une multitude de fleurs blanches au printemps. Vous remarquerez que toutes les terrasses jouxtant la maison sont dallées de gris pour prolonger l'espace intérieur de la maison vers l'extérieur sans rupture, important au Sud en raison de baies vitrées coulissantes : nous avons simplement choisi le même carrelage qu'à l'intérieur mais  en version "extérieur" antidérapante. 

DSCN6881

On se retourne et par ici la sortie ! l'escalier d'accès vu du bas: les escaliers sont en béton brut aux marches larges et basses pour un meilleur confort. Au premier plan, à droite en surplomb: un chèvrefeuille Lonicera japonica var. chinensis, voyez comme il est perché !  Lui, exceptionnellement, je l'arrose quand il fait trop sec: un arrosoir de temps en temps.

Allez, rendez-vous dans quelques jours avec le Plan N°4 !