Chez nous, les volets du rez-de-chaussée ressemblent à ceux des granges:  grands panneaux de bois montés sur  rails.

Par deux fois, faisant coulisser le volet, je me suis retrouvée nez à nez avec une chauve-souris. Des chauves-souris , nous en avons ici  bien que le bâti soit  neuf: les vieilles pierres sont dans les murs de pierre sèche. Pas de vieux hangar ou remise, pas de refuge sombre et poussiéreux , tout a été refait à neuf, toitures comprises. Alors où nichent-elles? tous les soirs au crépuscule, l' une d'entre elles s'échappe d'un angle du auvent de la maison, dort-elle sous les tuiles? cet angle surplombe un rebord : j'y trouve des crottes de souris.

Souvent l'été, nous les voyons glisser dans la nuit , soyeuses, silencieuses...

Les voir voler, c'est une chose, leur faire face, une autre. Deux fois, tirant mes volets à midi - je ne les ferme l'été que pour protéger la maison du soleil - j'ai découvert  une belle endormie.

La première c'était il y aura bientôt un an: Une adulte au pelage tirant sur le roux

DSCN5907

Elle ouvre un oeil, l'autre, s'étire et  soudain, s'envole

DSCN5905

 La seconde, c'était il y a quelques jours: une jeunette. Comment je le sais? elle était beaucoup plus petite que son ainée:

DSC03981

 Pelage plus sombre, fourrure douce appelant la caresse

DSC03982

 Vous voyez la tranche du volet derrière lequel elle était blottie, enfin aplatie

DSC03983

 J'aurais tant voulu saisir l'instant où elle a relevé la tête, pointé son adorable museau retroussé et m'a fixée de yeux de jais. En quelques secondes, elle s'est réveillée et a décollé vers le bois. 

Merveilleuse créature.