DSC04767

Les olives sont mûres: la cueillette a commencé. On ne cueille pas n'importe quand. C'est la direction du moulin à huile du village qui décide, à partir d'observations, de la bonne date. Cette année: le 12 novembre, date d'ouverture du moulin qui fermera un mois plus tard. Pendant ce mois, chaque jour les coopérateurs ( notre moulin est une coopérative)  apporteront leur récolte des deux ou trois jours précédents, chaque jour le moulin pressera.

DSC04755

 Notre oliveraie est petite : 250 oliviers dont seulement 70  produisent vraiment. ( les autres sont trop jeunes ou en cours de "réhabilitation") et chez nous, on cueille à la main ... comme au temps des Romains.

Panoplie des cueilleurs: Du chaud, du tout-terrain et surtout... des gants. Cette année, nous avons de la chance, il fait beau ( il y a deux ans, nous avons cueilli sous la neige fondue) mais dès que le soleil descend le froid s'abat, 

                            DSC04743                   DSC04741

 Le matos: à droite les "clayettes" , caissettes ajourées pour stocker les olives ramassées. Leur contenance? environ 15kg. Par terre:  les filets. A gauche: jaune pour les petits, rouge pour les grands: les peignes. Derrière la corbeille , c'est la "gorbelette": une hotte, beaucoup plus petite que celle du Père Noël  et qui se porte devant.

DSC04745

 Ah! je l'avais oublié: l'escabeau ( haut comme une échelle)  très stable avec de larges empattements pour ne pas s'enfoncer dans le sol, indispensable pour atteindre les branches les plus hautes

DSC04756

 Avec ce matériel simple mais très adapté, deux façons de cueillir possibles.

Pour les grands oliviers,  chargés de fruits: on étale très largement le filet sous l'arbre:

DSC04746

DSC04747

DSC04749

 Puis on ratisse les branches au peigne... 

DSC04754

 Les olives tombent directement sur le filet... elles seront rassemblées dans les clayettes

DSC04757

 Pour les arbres plus petits, moins chargés ou les branches basses: la gorbelette qui se porte sur le ventre par une sangle passée autour du cou. Pas de peigne: vous me voyez ici faire glisser les olives, en caressant la branche directement, dans mon petit panier. Ici, à mains nues: au début c'est très agréable car l' huile suintante des olives fait la peau douce,ensuite il faut se ganter rapidement , les feuilles devenant coupantes. Quant à la gorbelette, il faut la vider souvent sans attendre de la remplir... pour ménager ses cervicales

DSC04751

Cueillir  va nous prendre une  petite semaine, à raison de 5 heures par jour . Notre voisin Marius qui a mille oliviers, a investi dans un peigne électrique: il récolte en une demi-heure ce que nous ramassons en quatre heures... Quand tous nos oliviers donneront, il faudra y songer.

DSC04768

 La suite au prochain numéro.