Le terme de "cueillette" - activité ancestrale - colle parfaitement à la récolte des olives... vous allez comprendre pourquoi.

Cette année, nous avons de la chance: nous cueillons par très beau temps. Conditions parfaites: le sol étant dur et sec, l'escabeau ne s'enfonce pas et les filets restent propres. C'est beaucoup. 

Photo du  Bleu du ciel:

DSC04791

 Vous vous souvenez d'un dicton qui parlait de beau temps et d'oies perchées . Eh bien, chez nous, il a été vérifié toute la semaine:

D"abord, le jars : Le Boss ( si, au jardin, c'est moi la patronne, dans l'oliveraie, c'est Gilles-mon-époux qui commande)  sur son échelle. Comme vous voyez l'échelle est haute. En principe les oliviers sont taillés de façon à ne pas pousser en hauteur, mais notre oliveraie a été négligée par le propriétaire précédent et certains arbres en ont profité ... du coup la récolte est parfois assez sportive... Vous remarquerez qu'il est à moitié nu ( il est naturellement doté d'un chauffage central en sur-régime)...tant il fait beau... ( vous n'aurez pas de plan rapproché...  pas envie de me faire censurer).

Il utilise le peigne pour faire tomber les olives sur le filet. Technique utilisée pour les arbres très chargés.

DSC04782

 Et dans cet arbre-là... devinez ce qu'il y a...

DSC04776

 La femelle, pardi...

DSC04775

Vous avez droit aux détails, car la femelle (qui a le thermostat pété) a trois couches sur le dos. Le fond de l'air est quand même frais

DSC04771

 J'ai toujours été trouillarde. Gamine, je ne grimpais pas dans les arbres: les fruitiers étaient interdits car  trop fragiles, quant aux autres, je les trouvais bien trop hauts ... C'est lorsque je suis devenue grand-mère que j' ai découvert cette forme de grimpette. Je ressens, à me tenir ainsi en équilibre parmi les branches entre terre et ciel, une joie enfantine:  je sens l'australopithèque, mon ancêtre lointain, gigoter en moi... beaucoup de sensations à peu de frais car l'olivier est un arbre très sûr, pas du genre à casser comme du verre sous votre poids...

DSC04774

 Il faut quand même faire un peu attention:  Pour avoir voulu, hier, attraper la petite-olive-du-bout-du-rameau , j'ai bien failli  culbuter en contrebas d'une restanque...

DSC04772

 La gorbelette autour du cou est bien pratique: les mains sont libres. Une pour s'agripper , l'autre pour cueillir

DSC04769

 Et les deux pieds bien campés sur les fourches

DSC04779