Il est temps que l'on creuse cette question du jardin " sans arrosage "ou "sec".

J'entends que: c'est " à la mode" ou " tendance". C'est un peu vrai: l'esthétique du jardin évolue et les modestes graminées, naguère méprisées sont maintenant bienvenues dans la plupart des jardins . Je constate néanmoins par vos messages sur le blog ou hors blog, par la réflexion menée par des jardiniers et des associations, par l'engagement de pépiniéristes spécialisés que c'est bien plus qu'un engouement : le jardin " sec" ou " sans arrosage" n'est pas une nouvelle sorte de jardin: c'est une nouvelle façon de concevoir le jardin et de jardiner. Du moins chez nous... car ailleurs , autour de la Méditerranée, entre autres, cela fait longtemps qu'ils s'y sont mis, de façon empirique ou pas, le climat imposant sa loi. Il nous a fallu du temps à nous, jardiniers de l'Europe tempérée, et la rigueur d'étés bien secs, pour comprendre que le jardin "sec" pourrait bien être le jardin de l'avenir.

Tout d'abord le jardin "sans arrosage" est généralement assimilé au jardin méditerranéen. Or, si le jardin méditerranéen est une forme de jardin "sec", tous les jardins sans "arrosage" ne sont pas méditerranéens.

Plutôt que "jardin sans arrosage" , formule un peu racoleuse et déjà galvaudée , je préfère " jardin économe en eau". Car le tuyau d'arrosage n'a pas l'exclusivité de l'apport en eau: L'eau arrive dans notre jardin de partout: il y a l'eau de là-haut - la pluie, la neige-, l'eau du dessous- d'un sous-sol plus ou moins humide selon la proximité de la nappe phréatique, plus ou moins apte à stocker l'eau, l'eau de l'air - brume, brouillard et rosée, et aussi le fond de l'air, qui est souvent frais de l'humidité apportée par la mer en front océanique, par l'évaporation des champs et des forêts à l'intérieur . Et tout cela baigne nos jardins. Insuffisamment, pensons-nous , toujours prêts à sortir l'arrosoir. Insuffisamment, vraiment ? Regardons bien autour de nous, l'aridité s'installe-t-elle à la limite de nos jardins? N'y a-t-il RIEN ? Bien au contraire, partout les plantes, l'herbe s'installent et prospèrent, la nature ayant paraît-il horreur du vide: les végétaux envahissent les friches, percent le bitume, nichent dans les murs, colonisent les pierres et les roches... même dans les vrais déserts de roches ou de sable les plantes s'entêtent: acacias, armoises, graminées... ... il faut avoir vu le désert se couvrir de fleurettes une dizaine de jours après une ondée miraculeuse pour le croire.

Un jardin sans arrosage ! vraiment ? c'est ce que l'on me dit parfois en voyant notre jardin... Il est vrai que nous avons opté pour pas d'arrosage du tout - quoique . Je vous en reparlerai prochainement.

Un jardin économe en eau peut se contenter de l'eau qui lui parvient naturellement bien qu' irrégulièrement, le jardinier peut aussi décider de l'arroser "un peu", pour compenser l'irrégularité. C'est au jardinier de décider ...mais attention à l'arrosage!

Dans un prochain message, le minimum à savoir pour se lancer ou convertir doucement son jardin ...

En attendant quelques vues du jardin au sortir de l'hiver. Des photos de l'ourlet SUD devant la maison

En regardant vers l'EST : A gauche en avant du mur de pierre qui isole la salle de bain: une stipa gigantea ( la touffe verte) et le cardon en feuilles toutes neuves. A droite , en couvre-sol argenté le Tanacetum densum (tanaisie d'Arménie) et succession de romarin, armoises arborescentes, cistes, sauges, poas ( graminées), euphorbes spinosa, lavandes

DSC05533

En regardant vers l'OUEST: l'euphorbe ceratocarpa au premier plan avec son jeune feuillage vert tendre, à sa droite cistes et Teucrium hircanicum au fond, cistes encore , graminée et armoise arborescente

DSC05550

Justement gros plan sur le fond, devant, entre les cistes, la graminée poa Labillardieri... et une jonquille égarée

DSC05562On tourne un peu à droite au pied du cyprès: en bordure du muret , euphorbe ceratocarpa , armoise arborescente ( elles s'adorent, ces deux-là), et beaucoup de ballotes , au fond à gauche les feuilles des asphodèles qui jaillissent en plumeaux et des narcisses

DSC05560

Tiens, un voisin ! qui se promène sur le couvre-sol de Lippia et d'achillées

DSC05588

Pour finir, une petite vue de l'escalier qui arrive à notre porte d'entrée: plongé dans l'ombre la plupart du temps car exposé au NORD: heureusement, à gauche les Ellebores de Corse s'y sentent bien... sur le trottoir d'en face: iris, cistes et romarins

DSC05582

Le prochain message va peut-être tarder un peu, car voyez-vous, pendant les vacances scolaires, il y a fort à faire... Bonnes vacances à vous aussi