La cueillette est terminée. Si les petits matins étaient froids et brumeux,

DSC00090nous avons eu la chance de travailler sous un ciel bleu. Deux manières de cueillir: Les jeunes arbres bas  ou les arbres qui portent peu de fruits sont cueillis à la main, gorbelette autour du cou ( voir et ). Les arbres adultes chargés de fruits sont cueillis " au peigne": D'abord on étale soigneusement un filet au pied de l'arbre

DSC00091L'olivier que vous voyez ci-dessus n'est pas très grand, il faudra cependant pour en atteindre le faîte s'aider de l'escabeau

DSC00098Puis on râcle avec le peigne les olives, un coup par dessus...

DSC00096Un coup par dessous ...

DSC00093Et hop !  les olives tombent sur le filet et sont ensuite rassemblées dans les petites caissettes rouges.

DSC00095La récolte est décevante. Si les jeunes arbres ont commencé à donner, la production des adultes est  irrégulière : Un olivier est chargé de fruits alors que son voisin, de la même espèce,  n'en porte aucun. Va comprendre !

Quoi qu'il en soit, une fois les olives dans les caissettes ... en route pour le moulin.

Le moulin à huile de notre village ne paye pas de mine, ne vous attendez pas à voir le moulin de Daudet. C'est un grand bâtiment ordinaire. Il ouvre un peu plus d'un mois par an pour presser les olives des coopérateurs ( voir là). On apporte ses olives le matin ou le soir . Nous arrivons à la tombée du jour. Ci-dessous, l'accueil du moulin où chacun dépose ses olives: les caissettes sont déversées dans ces grandes caisses ajourées...

DSC00100Avant de partir au triturage, chaque récolte est pesée : la grande caisse grise, à droite, est sur la balance.Le poids s'affiche sur le petit boitier rouge au dessus: Pour nous c'est 157 kg ( moins que l'an dernier ), décevant, vraiment. D'autant que, l'année derniere...c'était pas terrible non plus.

DSC00101J'attire votre attention sur les étiquettes blanches collées sur chaque caisse: elles portent le nom du déposant  ( notre moulin est une coopérative de 300 membres, dépôt minimum 5kg, quelques rares professionnels déposent plusieurs tonnes, avec nos 150/200 kg, nous sommes dans la moyenne), les  petites quantités apportées sont pesées puis rassemblées et triturées ensemble. A partir d'un certain poids, la presse est individuelle - c'est le cas pour nous- l' huile récupérée sera par conséquent celle de nos olives.