Il faut que je vous parle d'elle avant qu'il ne soit trop tard car, chez nous, elle fleurit entre la mi-avril et la fin-mai. Un enchantement.

Si Gilles-mon époux- ne laboure pas les restanques à l'Est de la maison et n'assure qu'un service minimum de débroussaillement, c'est pour la préserver, elle, l'Aphyllante de Montpellier. Vivace cespiteuse, elle tapisse les terrains laissés en friche relative, relative car elle supporte d'être tondue de temps à autres.

Elle pousse à l'état sauvage parmi les oliviers et les chênes, se ressème d'elle-même .Elle recouvre ces surfaces de prairie naturelle d'une nappe bleue

DSC00889

DSC00891Juxtaposition de touffes toniques et denses, résistantes au gel, indifférentes à la sécheresse la plus sévère, qui ne reçoivent chez nous que l'eau du ciel

DSC02006

DSC02005Très harmonieux bouquets ronds,  20 cm /30 cm de hauteur maximum pour 30 à 40 cm de largeur, chacune des tiges grêles dépourvues de feuilles porte une fleurette bleueDSC02000ravissante, d'un bleu frais de porcelaine tirant vers le lavande, délicate d'apparence seulement,  qui reçoit les averses les plus drues sans dommage,

DSC00765De plus...elle est comestible, douceur sucrée

DSC02001Plante méditerranéenne par excellence, elle aime le calcaire, les terrains drainés et s'accommode de notre climat rigoureux.

Elle pousse sauvagement mais les pépiniéristes spécialisés en plantes méditerranéennes la commercialisent, installez-en quelques pieds à l'automne puis laissez faire la nature...