Bonjour à toutes et tous : Me voici de retour.  Je n'avais pas prévu de décrocher si longtemps, seulement voilà: des préoccupations familiales, la maison pleine pendant l'été et quelques absences m'ont tenue éloignée du blog et du jardin. La vie quoi !

D'abord, petit bilan météo: Après un printemps pluvieux, nous avons eu un été très pluvieux ( avec " épisodes" caniculaires quand même - sinon nous ne serions pas dans le Midi), un mois de septembre sec - c'était bien aussi pour notre jardin méditerranéen qui n'apprécie que moyennement les bains prolongés, puis en octobre il s'est remis à pleuvoir, copieusement. Ici, il n'y a que les-très-grincheux ( ou les vacanciers qui s'attendent à ce qu'il fasse toujours beau en Provence ) pour se plaindre de la pluie. Moi, je me réjouis d'autant plus qu'on peut espérer un retour à la normale du niveau des nappes phréatiques ( n'ayant pas accès à l'eau "municipale" , nous dépendons de notre forage).

Côté jardin, à l'exception de deux ou trois sujets qui n'ont pas survécu à cette hydratation intense,  sans doute déjà fragilisés par l'extrême sécheresse de l'été 2017, tout le monde se porte à merveille. Je n'avais pas de temps pour le blog ni pour le jardin: je n'y est donc rien fait sauf deux ou trois sérieux nettoyages. J'ai fait ce que je ne fais jamais en période de sécheresse: j'ai retiré les fleurs séchées pourrissantes,  j'ai taillé et un peu rabattu les plantes qui s'étaient avachies sous la pluie et se répandaient sur leur voisine. A la fin de l'été, le jardin était vert. L'herbe avait poussé sur les restanques et pour un peu ( les oliviers ), on se serait cru en Normandie. 

Les oliviers, parlons-en. En octobre nous étions en vadrouille et sommes rentrés pour ramasser les olives. Fin octobre et jusqu'à ces derniers jours, il a plu sans discontinuer. Heureusement le temps s'est remis au beau ce lundi et nous avons pu cueillir sous un ciel dégagé, mais les pieds dans la "colle"car notre sol argoilo-calcaire "péguait " sacrément.

Cette année, très bonnes récoltes partout sur la commune: les oliviers heureusement épargnés par la "mouche" ( qui est toujours à craindre lors des étés humides et qui vous ruine une récolte en moins de deux) ont beaucoup donné. Chez nous aussi, récolte record: 700 kilos ramassés en 4 jour par une équipe efficace: merci à Alain, Emmanuelle et Pascal venus en renfort.

Qui dit excellente récolte dit tout pour être heureux ? Ben, non. Au moulin à huile, on fait la grimace: "cette année: ça coule pas ! ". Traduction: faible rendement.Normalement, ça coule à 19%, voire 20%, c'est à dire qu'avec 5 kilos d'olives on obtient 1 litre d'huile. Cette année le pourcentage pour notre production ( plutôt bon par rapport aux autres producteurs) est tombé à 13%, soit 8 kilos de fruits triturés pour 1 litre. Pourquoi ? les olives ont trop bu et se sont gorgées d'eau. Nous, nous sommes malgré cela très contents.

Aujourd'hui , seulement des photos car les années précédentes je vous ai pratiquement tout dit, sur la récolte, les olives et le triturage :Si cela vous intéresse,  vous retrouverez tous ces messages en allant dans la rubrique Catégories: oliveraie.

Les cueilleurs en action

DSC05889

 Pour les gros arbres: cueillette au "peigne", avec filet au sol

DSC05884

 Olives rassemblées dans le filet avant d'être déversées dans une caissette

DSC05885

 Cette année, plusieurs voyage pour emporter les olives au moulin et comme nous n'avions pas assez de caissettes, tous les contenants possibles ont été réquisitionnés: sac à courses, paniers...

DSC05894

 Et pour finir:  fin de soleil couchant après la pluie vu par la trouée du "Talus"

DSC05881

 Au fait: aujourd'hui, il pleut de nouveau !