Cela se confirme: l'hiver est là. 

Jean Giono disait de la Provence que c'était un pays froid à fort ensoleillement . Ici dans l'arrière-pays varois à presque 400 métres d'altitude, l'hiver commence vraiment début décembre: ciel pur, air vif adouci par le soleil revenu et dès le crépuscule, couperet du froid qui s'abat. 

Dimanche, dans ma cagette, plusieurs plantes destinées à la "grande restanque": Les sauges arbustives Salvia x microphylla 'Bordeaux' et 'Lycoïdes' ainsi que les deux Ceratostigma griffithii. Je vais laisser la 'lycoïdes' et les Cerastostigma de côté car je n'ai pas de photos de leurs floraisons. 

D'abord la "grande restanque": elle n'est pas si grande que ça mais elle fait bien 15 mètres de large sur 25 de long, ce qui en fait une terrasse plate à l'ouest de la maison:

DSCN6611

Comme toutes les "restanques" un mur en "pierre sèche" la supporte au sud tandis qu'au nord un autre mur soutient la restanque du dessus.

Quand nous nous sommes installés en 2003, cette restanque était une friche d'où émergeaient quatre vieux pommiers crevards qui ont été achevés par la canicule de l'été 2004. Quand nous avons décidé de la transformer en jardin, nous l'avons bâchée tout simplement parce que le desherbage m'a fait peur. Je me suis dit que je n'y arriverai jamais ( nettoyage toujours manuel, sans utilisation de saloperies) sauf à ne faire que cela, et ça...c'était hors de question. La bâche - un tissé perméable à l'air et à l'eau - a des avantages: elle limite la prolifération des indésirées et maintient l'humidité dans le sol et un inconvénient : en période humide, certaines plantes - qui sont, ne l'oublions pas, programmées pour la sécheresse -  supportent mal cette humidité et pourrissent. Pour moi, l'avantage prenant nettement le pas sur l'inconvénient, les espèces qui ont pourri ont été remplacées par d'autres.

La bâche a été posée, incisée en croix pour insérer chaque plante, puis recouverte d'un gravillon, pourquoi du gravillon? Je vous expliquerai plus tard. Généralement quand j' installe une nouvelle plante, c'est en remplacement d'une autre donc dans le même trou. Cela n'a pas été le cas pour Salvia x microphylla 'Bordeaux' : j'en ai planté une pour "voir" il y a un an et la trouve si jolie que j'ai eu envie d'une seconde à proximité.

Plantation:      

DSCN6583-001

            DSCN6584-001             DSCN6586-001

Incision au cutter                   C'est planté: la sauge est rabattue à 10 cm           Jolie, n'est-ce-pas ?

Sur la photo de droite, en arrière-plan de la sauge, vous apercevez un bâtonnet: c'est le seul moyen que j'ai trouvé pour repérer les "nouvelles" de l'année: En effet il faut bien arroser les plantes la première année pour leur permettre de s'enraciner durablement . Quand on plante tout d'un coup, c'est facile: on arrose tout. Mais quand on installe un sujet par-ci par-là, eh bien ! il arrive qu'on les oublie: J'en ai perdu faute de me souvenir où je les avais mis. Les bâtonnets d'une bonne trentaine de centimètres, facilement repérables, me servent de pense-bêtes et je les arrose, et seulement eux, au pied.

Sur la photo de droite: celle plantée l'an dernier qui est encore fleurie.