Ménage, c'est sûr. ...de fin d'hiver, c'est vite dit. Tant que nous ne sommes pas arrivés à mi-mars, tout peut arriver. J' entends par "tout", une grosse vague de grand froid. Cela s'est déjà produit, gros gel et abondantes chutes de neige, début mars, souvenez-vous, il y a deux ans. Pour le moment, nous pouvons dire, ici dans l'arrière-pays varois, que nous n'avons pas eu de véritable hiver : brêve chute de neige mollasse, relative douceur nocturne: les températures ne sont jamais descendues en dessous de - 6° , ce qui est de la gnognotte en comparaison des habituels " -11° à -15° "de la dernière décennie.

De toute façon, hiver terminé ou pas, à partir de fin février et avant la mi-mars, il faut faire le ménage. Notamment rabattre ce qui doit l'être: les vivaces arbustives, et les graminées.

Mais, attention ! pas toutes les graminées: Pas touche aux Stipa Trichotoma, ni aux Stipa Tenuifolia, encore moins aux Poa Labillardieri : elles seront " peignées" au râteau plus tard. 

Les graminées qui doivent être rabattues sont les Pennisetum Orientalis et les Stipa ' Achnatherum calamagrostis' qui sont complètement desséchées tout en commençant à repartir, il convient par conséquent de couper les tiges sèches sans entamer les nouvelles pousses:

Pour mémoire, avant: Photo prise juste avant le ratiboisage: le tapis vert devant, c'est un arbuste au port rampant: Hertia Cheirifolia, je n'y touche pas car il va fleurir d'ici peu. A gauche, vous voyez les petites touffes vert pâle des Stipa Trichotoma qui ne sèchent pas ou si peu. Les hautes graminées sont les Stipa ' Achnatherum calamagrostis'  ( les plus droites) et juste derrière les Pennisetum Orientalis

DSCN7751

Après la "tonte": Photo prise en fin de la même journée ( hier ): sont intacts les Stipa Trichotoma et le Hertia Cheirifolia, tout le reste a été rabattu, y compris les Nepetas, les sauges arbustives sont taillées court. Mais non, pas tout le reste: je n' ai pas touché aux ballottes ( vert clair grisé, à gauche) . La plaque d'un vert plus tendre à droite est le Phlomis Russelliana - au feuillage bas ( 30/35 cm ), je me contente de retirer les  feuilles sèches ou pourries. Au fond contre le mur le rosier Chinensis Mutabilis Sanguinea qui aura droit à un simple nettoyage , pas de taille sévère.

DSCN7783

Photo sous un autre angle " vu du ciel", c'est à dire de la restanque du dessus: Je vous ai dit  que ce carré de vivaces et graminées était traité comme un jardinet dans lequel on pouvait circuler. On voit bien le petit cheminement autour du petit rond-point central formé par les pierres.

DSCN7792

Ce qui est empoisonnant lorsque l'on raccourcit tout le monde, c'est de se débarrasser des coupes. Nous avons un talus en contrebas en dehors du jardin proprement dit où nous balançons nos déchets verts qui compostent tranquillement. Le problème c'est plutôt le transport entre le jardin et le talus surtout quand les déchets sont très volumineux - c'est le cas des grandes graminées- . J'ai essayé le grand sac à déchets: plein en deux coups de cuillère à pot, la brouette ? c'est pire: non seulement elle déborde avec pas grand-chose, mais un coup de vent et tout s'envole. Finalement j'ai trouvé la solution:

DSCN7782

La bâche ! très commode:  étaler la bâche au plus près de l'endroit où l'on travaille, y déposer toutes les chutes, quand le tas est d'un rapport taille/poids raisonnable, rassembler les quatre coins pour former un grand baluchon et hop! par dessus l'épaule : reste à porter ou à tirer. Personnellement, je traîne .