Il faut se rendre à l'évidence: le changemement climatique est une réalité qu' il va falloir se coltiner.

Ici, en région méditerranéenne, cela va vite. Les saisons étaient naguère réglées: hiver froid et sec, printemps pluvieux, été sec de juin à mi-août, puis orages à partir de la mi-août - ça pétait dès le quinze du mois - septembre doux, automne pluvieux... et re. En à peine quelques années, plus rien de ce programme ne se vérifie: dernière " vraie neige" en 2012, à quand la prochaine ? finis les gels nocturnes sévères l'hiver ( -11° en 2007, à peine -5°, l'hiver dernier) et la sécheresse estivale qui mord désormais sur le printemps et s'étire en automne. On l'a vu à grande échelle: cyclones, typhons, inondations, canicules, incendies, on le vérifie en regardant la nature environnante et dans nos jardins. Evidemment on ne peut mettre sur le même plan les désastres de cette fin d'été aux Antilles, Mexique et ailleurs et nos soucis de jardinier(e)s. Cela relève cependant du même processus.

Le changement, c'est maintenant. Il va falloir s'y faire et surtout faire avec. Je crois malheureusement que nous n'aurons pas le choix du moins ici , et plus largement dans le quart Sud-Est de la France. Les jardins "traditionnels" ne supporteront pas longtemps la sécheresse prolongée et les pics caniculaires .Paillage et arrosage ne suffiront plus à préserver ces jardins. Continuer à, et de plus en plus arroser ? quand bien même le voudrait-on, en s'échinant à la tombée du jour ou en s'équipant de systèmes automatiques et en payant l'eau à prix fort , qu'on ne le pourra plus. L'état d' "Alerte sécheresse" concerne 75 départements ( et pas que dans le Sud), dont 28 déclarés en état de crise. Chez nous " Alerte sécheresse" est décrétée depuis le 9 août. La mise en alerte impose des restrictions d'eau: interdiction entre autres  de remplir les piscines, de laver les voitures... et d'arroser les jardins, même les agriculteurs sont sommés de réduire de près de 50% leur consommation.

Faire avec, c'est s' adapter et changer nos manières de faire. C'est à dire pour nous, faire évoluer nos jardins. Comment faire? Ce sera le sujet du prochain message

En attendant, suite du message précédent sur le "nettoyage" du jardin: L'ourlet Sud de la Grande restanque particulièrement sec. Longeons-le, de la maison vers le talus en mode AVANT/APRES

Au premier plan, grosse Euphorbe Ceratocarpa, à sa droite Origan, Népétas, derrière des Ballotes, au bord du mur: des Cistes

DSC00390Je n'ai pas touché à l'Euphorbe qui est encore belle et colorée, j'ai rabattu un Origan et les Népétas qui étaient complètement secs , au sol , le gris est celui du feuillage du Stacchys Byzantina - j'ai retiré les hampes de fleurs sèches- on aperçoit à gauche le feuillage argenté d'une sauge arbustive

DSC00398On avance un peu: j'ai taillé les ballotes en boules: les coussins gris...je réalise que je n'ai pas encore fait de message sur les ballotes, les arbustes verts? des Cistes

DSC00400Tout au bout, un coin particulièrement foutraque, les tiges sèches de la Clématite Integrifolia se mêlant à celles tout aussi sèches du Phlomis Maroccana

DSC00391un peu plus à droite le Stacchys byzantina - qui est allé spontanément se ressemer en début de restanque ( voir plus haut ,1ère photo) est moche avec ses tiges sèches désordonnées,

DSC00392Et voilà la clématite est ratiboisée - de nouvelles pousses apparaissent déjà- Phlomis et Stacchys sont nettoyés. Les petites boules vertes? des Teucrium ( germandrées)... imperturbables, je ne vous ai pas encore parlé des Teucrium

DSC00405